0

L’Aïkido : un sport de combat mixte adapté à tout le monde

Pratiquez un art martial pacifiste, quel que soit votre physique !

 
L’Aïkido n’est pas un sport de combat comme les autres. Sa différence réside dans sa philosophie humaniste et pacifiste, un point a priori paradoxal pour un art martial. Le physique importe peu ici : l’art de l’Aïkido repose sur la capacité à utiliser l’énergie des attaques de l’assaillant pour les dévier et l’immobiliser. Femme, homme, quel que soit votre âge, laissez-vous séduire par ce sport mixte !
 

Les valeurs humanistes de l’Aïkido

 
Le but de l’Aïkido est d’aider les êtres humains qui le pratiquent, à trouver la voie de la paix et de l’harmonie. Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Aïkido n’était pas un art pacifiste : son enseignement permettait de tuer rapidement son adversaire.
 
Mais la défaite du Japon troubla profondément le fondateur Morihei Ueshiba, toujours en quête spirituelle. Voyant que les valeurs guerrières n’avaient pas suffi à apporter la victoire, et qu’au contraire, elles avaient apporté la destruction et l’agitation du peuple, il se tourna vers le pacifisme pour atteindre l’harmonie.
 
Selon lui, l’harmonie sera trouvée à travers une humanité pacifiée et universelle. Pour se faire, les valeurs suivantes sont enseignées lors des entraînements :

  • l’amour et l’amitié,
  • le respect,
  • la joie,
  • la dignité,
  • la modestie,
  • la droiture,
  • la sincérité.

 
L’intérêt n’est pas d’apprendre à se battre pour détruire ou soumettre l’autre, mais bel et bien pour désamorcer une situation de violence et retrouver la paix. C’est pourquoi l’idée de compétition n’est pas très développée dans l’Aïkido.
 

Femmes et hommes en Aïkido : même combat !

 
Le respect des valeurs humanistes énoncées ci-dessus crée un cadre sain, chaleureux et rassurant lors des entraînements. L’ambiance amicale et tolérante aide les personnes timides à sortir de leur cocon puis à gagner en confiance en soi. Elle offre également la possibilité aux personnes nerveuses et sanguines de développer leur sang-froid pour être plus en paix avec elles-mêmes et autrui.
 
Sur le plan physique, les entraînements permettent d’acquérir une grande maîtrise de son corps (agilité, endurance, respiration…) et de développer une nouvelle communication gestuelle plus souple, plus sereine. L’apprentissage des chutes minimise grandement les risques d’accidents, et peut s’avérer très utile au quotidien.
 
Mais surtout, la force brute ne compte pas ! Tout du moins, quand l’art est maîtrisé. Pendant les entraînements, il convient de faire attention aux limites physiques de son ou de sa partenaire de tatami, toujours dans le respect d’autrui et pour ne pas blesser. Les femmes et les hommes de tout âge peuvent ainsi s’affronter sans crainte et progresser à leur rythme !